• LLL:fileadmin/templates/jugendsession.ch/Resources/Private/Language/locallang.xlf
  • Suchen
  • Media
  • Kontakt

200 jeunes débattent sous la Coupole fédérale

Suisse · Les jeunes préparent les dossiers dans des groupes de travail imitant les commissions parlementaires. Les revendications seront votées dimanche puis remises au Conseil national.

La 26e session des jeunes réunit jusqu'à dimanche sous la Coupole fédérale plus de 200 participants de toute la Suisse. Sous l'oeil d'une délégation burkinabé cette année, les politiciens en herbe de 14 à 21 ans débattent quatre jours comme des parlementaires élus.

Accrochez-vous, leur conseille la présidente de la Confédération Doris Leuthard dans le cahier de la session. Les grands défis concernent surtout les générations futures. Parler ensemble, écouter et échanger des arguments de manière organisée et au service de la meilleure solution représente la culture politique suisse, même à l'ère des réseaux sociaux et des selfies.

Les vrais parlementaires ne renieraient pas les thèmes retenus par les jeunes. Au menu de la 26e édition les retraites, le droit de l'adoption, les flux de migration, le système des caisses maladie, l'intégration des handicapés, la neutralité d'Internet, l'inégalité des revenus ainsi que les accords de libre-échange.

Résultat dimanche

Avant les séances plénières ce week-end, les jeunes préparent les dossiers dans des groupes de travail imitant les commissions parlementaires. Pétitions, idées de projet ou déclarations devraient émerger des deux jours de discussions intensives encadrées par des experts et des politiciens nationaux. Les revendications seront votées dimanche puis remises au Conseil national.

Leur suite est incertaine. Le Parlement refuse la plupart des pétitions. Il l'a fait récemment pour la revendication des jeunes d'une commission fédérale indépendante pour superviser en Suisse les exportations d'armes. Idem pour la légalisation du don d'ovocytes et «on ne sait toujours pas pourquoi», a regretté devant la presse Andreas Leupi, co-président du Forum de la Session des jeunes.

Selon lui, les jeunes sont néanmoins souvent précurseurs. Ils ont récolté plus de 1000 signatures pour l'initiative sur la transparence (du financement des partis) qui vient d'aboutir. Pour se changer les idées, les parlementaires en herbe pourront comme leurs aînés aller boire des verres après le travail, participer à des jeux ou regarder le film «L'Ordre divin» sur le droit de vote des femmes.

Pour les aînés

Les policitiens professionnels seront aussi sous le feu des projecteurs. Mme Leuthard ouvrira officiellement la session des jeunes samedi et son allocution sera suivie de celle du ministre de la jeunesse du Burkina Faso

Accompagné d'une petite délégation, Smaila Ouédraogo participe à la session des jeunes afin de favoriser les échanges entre les projets visant à promouvoir la participation des jeunes. Le Burkina Faso est une démocratie en pleine construction et la Suisse un modèle mondial en matière de participation directe, a relevé le ministre devant la presse.

Les jeunes remettront aussi samedi le Prix Jeunesse à une personne ou organisation s'étant particulièrement engagée en faveur des jeunes. Les conseillers nationaux Mathias Reynard (PS/VS), Rosmarie Quadranti (PBD/ZH) et Jürg Grossen (PVL/BE) sont sur les rangs. La Session des jeunes qui existe depuis 1991 est organisée par le Conseil suisse des activités de jeunesse. (ats/nxp)